Blog

Cyber harcèlement : les bons réflexes à adopter pour protéger son enfant

L’omniprésence des adolescents sur les réseaux sociaux a une conséquence directe qui est l’augmentation du cyberharcèlement. Insultes, menaces, chantage... De nombreux enfants sont ainsi confrontés à la méchanceté et au mépris d'autres, avec pour résultat le développement de tendances dépressives ou la perte de confiance en soi et, parfois, des suicides. Face à ce phénomène qui très souvent les dépasse, les parents sont dans une grande majorité démunis. Voici quelques gestes à adopter pour protéger votre enfant du cyberharcèlement.

     1. S’intéresser à sa vie numérique

Facebook, Snapchat, Instagram, plus récemment TikTok et bien d’autres réseaux sociaux sont aujourd’hui le moyen de communication préféré des adolescents et préadolescents partout dans le monde. Photos et vidéos se retrouvent ainsi exposés à tous au quotidien, à toute heure, au grand désarroi de parents souvent dépassés. Afin d’éviter que la situation ne dégénère et n’échappe complètement à votre contrôle, il est absolument nécessaire de vous intéresser de près à la vie numérique de votre enfant. Sur quels réseaux sociaux est-il inscrit ? Depuis quand ? Comment fonctionnent-ils ? Quelles sont les personnes avec qui il échange ? Sont-elles des personnes dignes de confiance ? Ce sont autant de questions que vous devez vous poser en tant que parents. Pour avoir une idée concrète de la situation vous pouvez, par exemple, vous inscrire sur les réseaux et applications utilisés par votre enfant. Être ami(e) avec votre enfant sur certains réseaux sociaux vous permet de voir le type de contenus qu’il a l’habitude de publier et de pouvoir en discuter avec lui. 

     2. Restreindre les accès aux différents comptes sur les réseaux sociaux

Le second point sur lequel il est important d’insister est la confidentialité. Paramétrer le compte de votre enfant vous permet de filtrer les informations qui y apparaissent au quotidien. La quasi-totalité des réseaux sociaux propose aujourd’hui une panoplie d’outils qui visent à protéger leurs utilisateurs. Il est désormais possible de restreindre l’accès au compte de votre enfant aux seules personnes que vous connaissez. Vous pouvez également bloquer certaines fonctionnalités pour certains (comme l’option « commenter »), rendre des photos - voire des publications - inaccessibles. Les dispositifs sont nombreux et dans la majorité des cas efficaces.

     3. Éduquer l’enfant au respect de l’autre

Échanger, dialoguer et enseigner à l’enfant le respect de l’autre, de sa vie, de son image, de la bienveillance et surtout l’aider à exprimer ses émotions est un autre moyen de prévenir le cyberharcèlement. Il faut garder à l’esprit que l’enfant qui harcèle un autre n’est pas forcément mieux dans sa peau. L’autre devient une sorte d’exutoire qui lui permet de se sentir exister. Si jamais vous pensez que le mal est déjà fait et que votre enfant est victime de harcèlement, il faut éviter de le submerger de questions, au risque de le mettre encore plus mal à l’aise. Discutez avec lui de la manière la plus apaisée possible et surtout contactez son enseignant principal, l’association des parents d’élèves ou toute autre personne de l’établissement susceptible de jouer le rôle de médiateur. 

Si le cyberharcèlement est avéré, le COLLEGE ET LYCEE PRIVES SAINT CLEMENT met son expertise à votre disposition afin de vous accompagner dans vos démarches de médiation.

 


Retour à la liste